Collectif Angoulême Nord pour la Défense de l'Education en Danger

le CANDED... pas candide mais presque.

stat
Statistiques
Nous avons 69 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Philip

Nos membres ont posté un total de 313 messages dans 159 sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Sondage
Derniers sujets
» Participants
Lun 5 Sep - 22:27 par Admin

» SEPTEMBRE Organisation
Dim 4 Sep - 22:37 par Admin

» Système "Soundcloud"
Mar 2 Aoû - 23:07 par Admin

» Organisation AOÛT
Mer 27 Juil - 23:40 par Admin

» organisation Juillet
Jeu 7 Juil - 2:30 par Admin

» JUIN organisation
Jeu 23 Juin - 0:27 par Admin

» MAI organisation
Mer 11 Mai - 12:14 par Admin

» Sons des premières rencontres ... système "MegaUpload"...
Mer 9 Mar - 17:40 par Admin

» 2000 => 2010
Jeu 20 Jan - 22:19 par Admin

» 1980 => 2000
Jeu 20 Jan - 22:18 par Admin

» 1940 ==> 1970
Jeu 20 Jan - 22:16 par Admin

» 20/12/2010 (LeMonde-edito-) Le ministre de l'intérieur, la justice et la morale
Jeu 23 Déc - 18:05 par Admin

» 20/12/2010 (LeMonde-edito-) Le ministre de l'intérieur, la justice et la morale
Jeu 23 Déc - 18:04 par Admin

» Rapports de Sarko avec les médias (reportage suisse)
Mar 21 Déc - 3:09 par Admin

» La disparition de l'évaluation du système scolaire...
Mar 21 Sep - 9:46 par Admin

» 16/09/2009 [Rue89] Bugs de la rentrée : l'Education nationale fait la morte
Mer 16 Sep - 14:49 par Admin

» CHATEL nouveau ministre
Mar 1 Sep - 18:57 par Admin

» école privée
Mar 23 Juin - 9:36 par Admin

» 14 mai2009 [lesechos] Les dépenses des pouvoirs publics passées au crible
Dim 14 Juin - 22:10 par Admin

» LYCEES mobilisés
Dim 14 Juin - 0:52 par Admin

» 13/06/2009 [rue89] Darcos invente avec Villiers l'école « pour honnête homme »
Sam 13 Juin - 23:54 par Admin

» 11/05/2009 Monsieur le ministre de l'éducation a souhaité vous doter d'une clé USB : Mail reçu et réponse.
Mer 13 Mai - 16:52 par Admin

» VIOLENCE à l'école
Mer 13 Mai - 1:40 par Admin

» 12/05/2009 [nouvelobs ] «Education nationale»: Grand Corps Malade au tableau Par Sophie Delassein
Mer 13 Mai - 1:01 par Admin

» Religion et éducation nationale
Mar 12 Mai - 12:29 par Admin

» 07/05/09 [lesechos] Bercy vise près de 34.000 suppressions de postes de fonctionnaires en 2010
Lun 11 Mai - 19:54 par Admin

» SECURITE : le frère siamois de la violence. ou l'illusion de la maîtrise...
Dim 10 Mai - 23:33 par Admin

» MEDIAS... télévison, journaux, éditions? INTERNET....
Sam 9 Mai - 16:37 par Admin

» Socle commun par D. RAULIN / Décision et émotions - "Comment notre cerveau s'y prend pour décider" par A. BERTHOZ
Sam 9 Mai - 12:51 par Admin

» 02.05.09 [lemonde] Les collectifs parents-enseignants, nouveau cadre pour la protestation
Ven 8 Mai - 21:00 par Admin

Partenaires
Annuaire des forums
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

23/03/2009 : Du processus de Bologne à la L.R.U, une catastrophe annoncée par G.AZAM (enseignate-chercheuse, Toulouse le Mirail.) vidéo et transcrption texte

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
Arrow 23/03/2009 : Du processus de Bologne à la L.R.U, une catastrophe annoncée par G.AZAM (enseignate-chercheuse, Toulouse le Mirail.) vidéo d'1 heure -voir 20mn à 27mn pour ceux qui sont pressés...
https://www.dailymotion.com/video/x8rxrj_du-processus-de-bologne-a-la-lru-un_news

Université Toulouse le Mirail

[Transcription écrite de la conférence : ]
1/ Processus de Bologne (1999) et globalisation.
la stratégie de Lisbonne (2000)[Traité de Lisbonne différent du processus] .
Processus de Bologne (1999): ce qui est annoncé comme "Harmonisation" & "Réglementation" est en fait une pièce de la globalisation -néo-libéralisme économique- qui conduit à un nivellement auquel participe un recul du système d'autonomie et de recherche.
Jusqu'en 1970-débuté fin XIXème "état social"- il y avait une inscription sociale du pouvoir économique par un système de règles -1945 : "état providence"-. Le néo-libéralisme (1980) tend donc à se dégager de ces "contraintes". On assiste plutôt à une harmonisation des règles néo-libérales -une forme de déréglementation, notamment en matière d'éducation-, plutôt que des diplômes... : mobilité, efficacité, concurrence...au service d'une loi du marché présentée comme incontournable -mondialisation-.
Il n'y a eu aucun débat publique pour élaborer le processus de Bologne.

12' 2/ Régression de la raison à l'utilité :
La connaissance en tant que facteur d'émancipation devrait s'effacer pour s'adapter aux contingences économiques : ce qui est utile devient ce qui peut rapporter du profit -discours utilitariste-. L'émancipation cède la place à l'adaptation.

14' 3/ Gouvernance et obscurantisme.
dissolution des termes de pouvoir, gouvernement, politique... : disparition du pouvoir, c'est la fin de l'histoire ; il faudrait répondre à des forces anonymes qui auraient des facultés d'auto-régulation. Le pouvoir est de plus en plus difficile à identifier, ce qui réduit les contre-pouvoirs -qui est à la base des systèmes totalitaires-. Dans ce modèle international, les différences sont nivelées, les échanges réduits au plus petit dénominateur commun : la concurrence généralisée sous les hospices de la rentabilité économique.

18'30 4/les acteurs du processus : Comment s'est construit le processus de Bologne, qui en sont les acteurs ?
Pourquoi le terme "processus" ? ce n'est pas un "traité", une "loi", une "règle" ... le "processus" est plus difficilement identifiable.

En 1999, 29 pays signe ce processus, puis revu à Prague 2 ans plus tard par 32 pays : a quoi correspond 29 ou 32 pays ? à aucun ensemble déterminé ! 29, c'est plus que l'Union européenne, et 32 moins que ce regroupe le Conseil de l'Europe. Il s'agit donc en fait d'une rencontre informelle entre ministres de l'éducation se soustrayant ainsi à tout débat publique. (tout ce qui est dit ici a été largement analysé il y a 10ans -rien de vraiment nouveau- mais le recul permet de pointer un peu mieux ce qui a été déterminant)
=> L'acteur principal est la "table ronde des industriels européens"[ERT -European Round Table- : http://www.ert.be ] LE lobby industriel européen le plus puissant, qui écrit et influence beaucoup de rapports de la commission européenne -pouvoir législatif européen-. Créé en 1983, l'ERT comprend 47 des plus grandes firmes européennes : Total, Elf, Carrefour... . Ecrivent un rapport en 1989 qui s'appelle "Education et compétences en europe" : à partir de se moment là on ne parlera plus des savoirs mais des compétences. extrait : "L'éducation et la formation sont considérés comme des investissements stratégiques vitaux pour la réussite future de l'entreprise. Les enseignants n'ont qu'une compréhension insuffisante de l'environnement économique des affaires et de la notion de profit. Ainsi il s'agira de valoriser l'enseignement à distance. ..."
En 1991, nouveau rapport de l'ERT : "Une université ouverte est une entreprise industrielle et l'enseignement à distance est une industrie nouvelle."
6 mois plus tard la commission européenne publie un livre blanc -centré sur la formation tout au long de la vie- dans lequel apparaissent les termes d'"employabilité", "flexibilité" et "mobilité" pour les enseignants : termes clés du processus de Bologne.
1995 nouveau rapport : "vers la société d'apprentissage".
"L'éducation doit être considérée comme un service rendu au monde économique. Les gouvernements nationaux devraient envisager l'éducation comme un processus s'étendant du berceau au tombeau." d'où l'idée reprise par tous les gouvernements de "l'éducation tout au long de la vie". Du coup la Commission européenne a sorti un nouveau livre blanc centré sur la formation tout au long de la vie : apprendre et enseigner, vers la société cognitive" -co-signé par Edith CRESSON, a l'époque commissaire européenne-.
=> 25' 2ème acteur important : l'OCDE (qui regroupe l'ensemble des pays les plus riches du monde)- http://www.oecd.org/home/0,3305,fr_2649_201185_1_1_1_1_1,00.html -.
1998 rapport : "les enseignants ne sont pas indispensables à la formation tout au long de la vie, des prestataires de service éducatif feront l'affaire."
1998 rapport Reyfer de la commission européenne : "Le temps de l'éducation hors école est venu et la libération du processus éducatif aboutira à un contrôle par des offreurs d'éducation plus innovants que les structures traditionnelles."
+ l'UNESCO a aussi servit ce processus de Bologne
=> 3ème acteur : les recteurs d'Université
Trouvaille de la bonne gouvernance : intégrer les acteurs. Entre 1999 et 2005 les réformes dans les universités n'ont pas fait de vague...
1998 réunion de tous les recteurs d'université européens pour l'anniversaire de la création de l'Université de Bologne -extrêmement ancienne et prestigieuse- : signature d'une magna charta où sont réaffirmés, dans un mélange cependant inquiétant les grands principes du coté humaniste, le coté bien public de l'éducation, l'autonomie éducative et de la recherche. Mais dans le même temps réémergent les notions d'"employabilité", de "flexibilité"... On a pas encore fait le saut mais on commence déjà à rechercher les voies d'adaptation. Ces recteurs appartiennent l'Association Européenne des Universités (1)( http://www.eua.be -en anglais- http://www.coe.int/t/dg4/highereducation/ehea2010/stakeholderseua_FR.asp -en français- )qui a eu un rôle essentiel dans le processus de Bologne : il s'agit d'adapter l'Université à la société... le chômage serait un indicateur du mauvais fonctionnement de l'Université ; et la société réduite à son espace économique. Bien sur que l'Université doit s'adapter aux besoins de la société, mais de quelle société ? certainement pas à une société réduite à une logique économique !
1998 en France rapport Attali - http://guilde.jeunes-chercheurs.org/Reflexions/Documents/1998-attali.html - sur les pôles d'excellence et la compétitivité des universités françaises.
34' Et dans le même temps une réunion à la Sorbonne qui a donné lieu à ce qu'on appelle la "déclaration de la Sorbonne" signée par la France, l'Italie, la Grande-Bretagne et l'Allemagne et leur ministre de l'éducation : apparait la nécessité de créer un espace européen de la connaissance, faisant émerger le thème de l'économie de la connaissance -ce qui implique que la connaissance devient un bien économique!-. Pour qu'un bien soit économique il faut qu'il soit un bien rare et pas gratuit... Or la connaissance est un bien très particulier, voir anti-économique : si je donne un objet à quelqu'un, je ne l'ai plus -base de l'échange économique- alors que lorsqu'on donne de la connaissance on garde cette connaissance. Et si elle est donnée, elle circule et s'accroit d'autant plus. La connaissance est bien caractérisée par l'abondance. Et pour y mettre de la rareté il va falloir l'encadrer par les droits de propriété intellectuelle. Cependant les Brevets existent depuis le XIXème siècle. Jusqu'aux années 1980, ils portaient essentiellement sur des innovations. Les nouveaux droits portent désormais sur le champs de la connaissance lui-même. Pour qu'il y ait un capital de la connaissance il faut instaurer la propriété intellectuelle.
Il est navrant de constater que de droite comme de gauche on puisse se féliciter de cette évolution, laissant croire que cette économie de la connaissance nous permettrait de sortir de la crise : c'est vraiment prendre des vessies pour des lanternes. l'économie de la connaissance c'est la soumission de la connaissance aux lois de la rationalité économique.
39'30 => 4ème acteur : Organisation Mondiale du Commerce [OMC] - http://www.wto.org - avec en particulier l'"Accord Général sur le Commerce des Services" (AGCS, 1994) - http://www.wto.org/french/tratop_f/serv_f/gatsintr_f.htm -. (L'Union Européenne a eu un rôle crucial dans la libéralisation du commerce des services. Rappelons que l'UE est le premier exportateur mondial dans ce domaine.) Dans ce processus il s'agit -article 1- d'élever le niveau de libéralisation de tous services dans tous les domaines, sauf ceux qui sont produits dans le cadre de l'exercice gouvernemental, cad la fonction régalienne -police, justice, défense nationale-. Mais sont compris les services qui ne sont pas fournis sur une base commerciale mais qui sont en concurrence avec un ou plusieurs fournisseurs de service : par là même l'éducation rentre dans le cadre imposé par l'AGCS.
Le propre de ces textes néo-libéraux c'est le niveau d'abstraction élevé, plutôt flous quand aux applications mais présentant une direction clairement identifiée : la libéralisation des commerces de services.
=> dernier acteur important : (/ATOSS, Bi ATOSS) la LOLF cad la réforme du management public -problème de l'efficacité des services publiques-. Se met en place l'idée qu'un bien public n'est pas obligatoirement fournit par un service publique : sous l'euphémisme " partenariat publique-privé " il s'agit en fait d'une soumission du public aux règles du privé -logique managerial- que l'on retrouve dans la réforme de tous les services publiques et des administrations. Ces sous-traitances -c'est tout le problème des ATOSS, bi-ATOSS- réduisent l'éducation à une vision de l'enseignement -qui peut même se dissoudre dans l'enseignement à distance- ne tendent qu'à réduire la communauté éducative -entretien, personnels de bibliothèques, référents réseaux informatique...- pour mieux la disloquer. Même chose pour le processus de construction de l'Agence Nationale de la Recherche : c'est une énorme bureaucratie, une énorme machine à gaz qui pourrait s'apparenter à une "soviétisation" du management. Il y a une main mise du politique sur l'éducation pour qu'elle se mette en conformité avec le monde de l'entreprise.

48'10 5/ L.R.U. la bonne université
On ne parle quasiment plus de savoirs mais de compétences. Concevoir la formation comme une accumulation de crédits -les fameux ECTS- c'est une aberration éducative, puisque çà laisse penser que la formation c'est la juxtaposition de compétences : un peu de si, un peu de çà ... On perd en vision globale, qui permet à la fois une mise à distance et une possible critique mais aussi une meilleure adaptation à des changements rapides. L'unité de/qui compte -indispensable à la création d'un marché- sur le marché mondial de l'éducation, c'est l'ECTS -avec aussi l'individualisation des parcours...-.

La L.R.U. a été conçue dans une époque de grande frénésie financière -qui aurait le pouvoir de s'auto-réguler-, un enthousiasme pour l'ouverture d'un marché novateur dans lequel s'inscrit la Loi sur l'Autonomie Financière des Universités et il faut redire que cette loi implique une autonomie FINANCIERE qui va à l'encontre de l'autonomie pleine et entière des Universités : c'est la soumission de l'Université à la loi du marché !
Mais cette loi est manifestement insuffisante pour promouvoir la compétitivité des Universités sur le marché mondial. Il va falloir choisir nos matières premières ! Il s'agira de sélectionner le niveau de rentabilité des savoirs et des étudiants !! voir théorie du capital humain : l'éducation est un investissement. Ce qui revient également à dire que l'égalitarisme serait contraire à l'idée de justice.

57'50 6/ Capitalisme néolibéral : l'effondrement.
Les conséquences financières ne peuvent encore être appréhendées, c'est toute cette idéologie qui est en crise. Ce sont les résultats de politiques mises en œuvre depuis 30 ans. On ne peut plus raisonner sur les bases des acteurs du processus de Bologne et même plus raisonner comme il y a 2 ou 3 ans. Il faut vraiment s'adapter à une situation changeante et non se contenter d'une vision à très court terme qui justifierait une fuite en avant en poursuivant ce processus. Une autre alternative serait de saisir l'occasion de cette crise pour réaffirmer d'autres valeurs que celles qui nous ont conduites à cette dégradation non seulement financière mais tout autant sociale ou politique. Le devoir de service public et d'enseignant est d'éclairer cette issue.

---
(1) L'association des universités européennes ou AUE (en anglais : European University Association ou EUA) est le principal réseau universitaire en Europe. Au 1er avril 2006, l'AUE comptait 777 membres dans 45 pays à travers l'Europe.

Le principal objectif de cette association est l'harmonisation de l'espace universitaire européen, notamment à travers les réformes du processus de Bologne. L'association est née en 2001 de la fusion de l'ancienne Association des universités européennes et de la confédération des Conférences de présidents d'université qui a eu lieu à Salamanque en Espagne.

Voir le profil de l'utilisateur http://gond-education.forumactif.org

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum