Collectif Angoulême Nord pour la Défense de l'Education en Danger

le CANDED... pas candide mais presque.

stat
Statistiques
Nous avons 69 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Philip

Nos membres ont posté un total de 313 messages dans 159 sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Sondage
Derniers sujets
» Participants
Lun 5 Sep - 22:27 par Admin

» SEPTEMBRE Organisation
Dim 4 Sep - 22:37 par Admin

» Système "Soundcloud"
Mar 2 Aoû - 23:07 par Admin

» Organisation AOÛT
Mer 27 Juil - 23:40 par Admin

» organisation Juillet
Jeu 7 Juil - 2:30 par Admin

» JUIN organisation
Jeu 23 Juin - 0:27 par Admin

» MAI organisation
Mer 11 Mai - 12:14 par Admin

» Sons des premières rencontres ... système "MegaUpload"...
Mer 9 Mar - 17:40 par Admin

» 2000 => 2010
Jeu 20 Jan - 22:19 par Admin

» 1980 => 2000
Jeu 20 Jan - 22:18 par Admin

» 1940 ==> 1970
Jeu 20 Jan - 22:16 par Admin

» 20/12/2010 (LeMonde-edito-) Le ministre de l'intérieur, la justice et la morale
Jeu 23 Déc - 18:05 par Admin

» 20/12/2010 (LeMonde-edito-) Le ministre de l'intérieur, la justice et la morale
Jeu 23 Déc - 18:04 par Admin

» Rapports de Sarko avec les médias (reportage suisse)
Mar 21 Déc - 3:09 par Admin

» La disparition de l'évaluation du système scolaire...
Mar 21 Sep - 9:46 par Admin

» 16/09/2009 [Rue89] Bugs de la rentrée : l'Education nationale fait la morte
Mer 16 Sep - 14:49 par Admin

» CHATEL nouveau ministre
Mar 1 Sep - 18:57 par Admin

» école privée
Mar 23 Juin - 9:36 par Admin

» 14 mai2009 [lesechos] Les dépenses des pouvoirs publics passées au crible
Dim 14 Juin - 22:10 par Admin

» LYCEES mobilisés
Dim 14 Juin - 0:52 par Admin

» 13/06/2009 [rue89] Darcos invente avec Villiers l'école « pour honnête homme »
Sam 13 Juin - 23:54 par Admin

» 11/05/2009 Monsieur le ministre de l'éducation a souhaité vous doter d'une clé USB : Mail reçu et réponse.
Mer 13 Mai - 16:52 par Admin

» VIOLENCE à l'école
Mer 13 Mai - 1:40 par Admin

» 12/05/2009 [nouvelobs ] «Education nationale»: Grand Corps Malade au tableau Par Sophie Delassein
Mer 13 Mai - 1:01 par Admin

» Religion et éducation nationale
Mar 12 Mai - 12:29 par Admin

» 07/05/09 [lesechos] Bercy vise près de 34.000 suppressions de postes de fonctionnaires en 2010
Lun 11 Mai - 19:54 par Admin

» SECURITE : le frère siamois de la violence. ou l'illusion de la maîtrise...
Dim 10 Mai - 23:33 par Admin

» MEDIAS... télévison, journaux, éditions? INTERNET....
Sam 9 Mai - 16:37 par Admin

» Socle commun par D. RAULIN / Décision et émotions - "Comment notre cerveau s'y prend pour décider" par A. BERTHOZ
Sam 9 Mai - 12:51 par Admin

» 02.05.09 [lemonde] Les collectifs parents-enseignants, nouveau cadre pour la protestation
Ven 8 Mai - 21:00 par Admin

Partenaires
Annuaire des forums
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

école privée

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 école privée le Dim 22 Fév - 23:35

Admin

avatar
Admin
www.enseignement-prive.fr

14 mai2009 [icp] Nouveau Master Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation
http://www.icp.fr/fr/Organismes/ISP-Faculte-d-Education/Actualites/Nouveau-Master-Metiers-de-l-Enseignement-de-l-Education-et-de-la-Formation

(Maroc ) 27/04/2009 [jeuneafrique] Education : le privé à la rescousse du public
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2519p042-044.xml0/-enseignement-Ahmed-el-Motamassik-Education---le-prive-a-la-rescousse-du-public.html

10/04/2009 [lepost] La maîtresse "bâillonne" des enfants pour les faire taire
http://www.lepost.fr/article/2009/04/10/1491230_la-maitresse-baillonne-des-enfants-pour-les-faire-taire.html

08/04/2009 : [lefigaro] Palmarès des lycées : l'engouement pour le privé[/b]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/04/08/01016-20090408ARTFIG00044-palmares-des-lycees-l-engouement-pour-le-prive-.php
[b]
Février 2009 [inrp] Dossier d'actualité n° 42 – fSur les traces du marché mondial de l'éducation par Agnès Cavet

http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/42_fevrier2009.htm
En France, la plupart des écoles privées du primaire et du secondaire sont placées « sous contrat » avec l’État, ce dernier assurant la majeure partie de leur financement, essentiellement par la rémunération du personnel enseignant. Selon François Dubet (2007) « l’école privée accueille près de 20 % des élèves en stock et près de 40 % en flux », ce qui revient à dire qu’à l’instant T, 20 % des élèves étudient dans le privé mais que 40 % feront un passage par le privé au cours de leur scolarité. « L’enseignement privé fonctionne moins comme une alternative religieuse que sur le mode d’une offre “normale” sur laquelle on peut jouer quand l’offre publique n’est plus tenue pour satisfaisante ». Pour Gauthier et Robert (2005), ce « zapping » entre public et privé témoigne d’une « atténuation des clivages idéologiques entre les deux écoles ». Il se justifie dans les familles par « des raisons consuméristes ou de calculs d’intérêts » visant « les meilleures chances de réussite des enfants ». Actuellement, l’enseignement privé constitue donc plutôt un facteur d’émulation, une « incitation à mieux faire » adressée à l’enseignement public. Les auteurs en concluent que l’enseignement privé sous contrat joue un rôle systémique complexe, qui n’est pas celui de la marchandisation de l’offre.

06/10/2008 [médiapart] L'enseignement catholique s'exporte en banlieue grâce à l'Etat
http://www.mediapart.fr/journal/france/061108/l-enseignement-catholique-s-exporte-en-banlieue-grace-a-l-etat

6/10/2008 [LCPAN] Ecole privée: pourquoi a-t-elle la cote ?
http://www.lcpan.fr/emission/62336/video
La sortie en salle du film « Entre les murs », photographie d’une année de la vie d'une classe dans un collège dit « difficile », ravive le débat sur l’Ecole publique.
Ce dimanche, 5 octobre, était la Journée mondiale des enseignants comme l’a décidé l’UNESCO, en 1994.
Un préavis de grève a été déposé par plusieurs syndicats de l’Education nationale, dont le SNES-SUP, pour le mardi 7 octobre, jour de la mise en place du service minimum à l'école en France.
----
intervenants :
Pascal Clément : député UMP, ancien garde des sceaux, ministre de la justice (2005/2007), auteur du projet de loi sut l'application du principe de laïcité dans les écoles -voile-
Eddy Khaldi : co-auteur avec Muriel Fitousi de "main basse sur l'Ecole" (Demopolis, 2008)
Eric De Labarre : Secrétaire général de l'enseignement catholique.
Natacha Polony : Journaliste à "Marianne", responsable des pages "éducation", auteure de "M(me) le président, si vous osiez : 15 mesures pour sauver l'école".
----
2 millions d'élève soit 1 élève sur 5 dans l'enseignement privé. refuse 35000 inscriptions faute de place.
selon les statistiques de l'enseignement catholique de France la religion arrive quasiment en dernière position des motivations des parents. Ce sont la proximité avec les enseignants, l'encadrement des élèves et les projets pédagogiques qui les attirent. 290/420/640 euros.
Ouvrons la discussion sur "l’Ecole" en France...
Suppression des postes de professeurs, manque de moyens à cause de la baisse des crédits de fonctionnement, suppression de la carte scolaire : l’Ecole publique est-elle proche de la faillite ?
Pourquoi, en revanche, les Ecoles privées, confessionnelles ou non, sous contrat ou non, ont-t-elles la cote ?
Quelle est la proportion d’enfants scolarisés dans les écoles privées ?
Viennent-ils de l’école publique ou ont-ils toujours été scolarisés dans le privé ?
Quelles places, l’Etat et la laïcité, ont-ils aujourd’hui dans l’Ecole de la République ?
13'20Journaliste : , meilleurs résultats... dit un internaute. pour ED : puisqu'on parle de chiffres, je vous propose une question ... çà se passe bien ?
ED je reviens sur ce que vous avez dit : "les familles tournent le dos à l'école publique", c'est pas tout à fait exact : depuis une vingtaine d'années, la population de l'enseignement privé reste stable. Même chose cette année. La demande que l'on n'arrive pas à satisfaire se concentre dans des lieux précis région parisienne, grandes villes...
14'30 Journaliste : peu de grève, bon encadrement, règles de vie.. ya bcp de question là sur cette question là, les parents disent on est mieux dans l'école privée, c'est une illusion d'optique, c'est vrai, c'est un sentiment?
PC : Ce succès est du aux faiblesses de l'enseignement publique : encadrement, autorité etc vous touchez le fond du problème. Les procédures sont lourdes dans le public, quand un élève est gêneur, l'exclusion prend des semaines, pendant ce temps là la classe perd son temps. La problématique est la suivante : doit-on privilégier un élève qui pose problème par rapport à 25 ou 27 qui en posent moins ? C'est un peu parabolique, l'enseignement publique se soucis toujours de la brebis égarée -le faible souligne le journaliste- et du coup le troupeau est moins bien traité. .. cet élève renvoyé se voit repris dans un autre établissement et met une panique à peu prés générale, et on ne peut rien contre çà. L'enseignement privé est mieux armé pour lutter contre le fauteur de trouble que le public qui n'est pas armé idéologiquement contre ce problème.
NP : Les gens qui mettent leur enfant dans le privé sont des gens qui portent de l'attention à leur enfant, qui croient encore au rôle de l'école. C'est de çà que souffre l'école publique.
18Journaliste On a l'impression que les valeurs sont du coté de l'école privée, et que l'école publique perd ses repères...
NP : je ne crois pas que ce soit une raison de valeur, encore moins religieuse, mais c'est un endroit protégé, bien encadré ou parents en enseignants incitent à travailler. Il a une statistique qui est sortie il y a deux ans : ds les écoles privées il y a moins d'ordinateurs, plus d'élèves par classe et les résultats sont meilleurs.
19'20Journaliste EK vous dites que le gouvernement favorise la destruction, le démantèlement de l'éducation nationale, c'est un coup politique.
EK ds mon livre -"Main basse sur l'Ecole publique"- on a relever les critiques concernant le service public : violence/insécurité, l'échec scolaire, école couteuse, laxiste... 1925 m^préoccupation, ce livre s'intitule "où mène l'école sans Dieu".
...
internaute : le chef d'établissement a plus la main sur ses équipes, il réagit plus vite dans le privé.
28'30ED : D'où l'intérêt de l'autonomie des établissements.
29EK même niveau dsl les 2. 1ere différence : la population scolaire : moins d'élève dans le secondaire ds le privé (3 élèves par classe) et 13% de bousier contre 26% ds le public. Catégories sociaux professionnelles favorisées aussi.
lycées d'enseignement général et techno de Paris 105 privé, 73 public ; 548 élèves par lycée public/223 privé.
NP : pour 25/30 élèves il n'y a aucune différence, il faudrait passer à moins de 15 élèves par classe pour que la différence soit visible. 1ers syt. en terme de réussite : la Finlande -petits effectifs- et la Corée - 45 élèves par classe, système hyper-selectif- : le problème est pas le nombre d'élèves par classe. .. Pour que l'école marche il faut qu'il y ait une confiance entre parents et école.
35'20PC : le problème de fond est : est-ce que les méthodes dans l'enseignement public sont de nature à satisfaire les parents ? les méthodes ne sont pas les mêmes
NP : si, ce sont les même c'est bien çà le problème...
PC : pour les raisons qui sont les suivantes : public : tout enfant à le droit d'exprimer sa vérité, de raconter son expérience, de faire son petit discours devant les 27 autres au lieu de laisser le temps et la place pour enseigner.. et bien on va privilégier la culture de groupe, la culture spontanée...
NP : ce sont surtout les classes moyennes qui vont dans le privé, et ce sont les élèves en difficulté qui pâtissent le plus du "pédagogisme"...
PC : moi ce que je voudrais c'est qu'on revienne à l'enseignant qui enseigne à l'"enseigné". On ne le fait plus, sous prétexte d'interactivité avec les élèves ; c'est ce qui plait parait-il aux inspecteurs et c'est ce qu'on demande aux enseignants. Vous sortez vous n'apprenez pas grand chose.
__
reportage, c'est un peu plus strict, un peu plus sévère -lycée privé de plus de 1000 élèves (Sainte-Clotilde) :
(la proviseure) fait la chasse aux crêtes... on a fait hier une opération crête. ya un règlement à respecter, même si ils le trouvent aberrant, en fait ils le respectent
38'12une élève : c'est une prison l'école privée, on a droit de rien faire (se reprend)... non c'est bien, ya des règles tout çà ...
Voix off : de règles il y en a : intrediction de téléphoner, de mâchouiller des chewing-gum ou de fumer. Les baggy, les décolletés sont proscrits et surtout interdiction formelle de franchir les barrière avant le fin de la journée. Des mesures qui ont su convaincre les parents.
proviseure : parents cherchent un accueil différent, peut-être un règlement plus dur, contrairement à ce que disent les élèves.
Voix off : 97% ont le bac, mieux que la majorité des établissement public de seine-saint-denis. ...
proviseure : je dit au parents, n'attendaient pas un miracle parce qu'on a pas la solution à toutes les difficultés, par contre s'il y a miracle, c'est plus sur le plan du comportement.
Voix off : sont école n'est pas élitiste, ils viennent d'horizons sociaux variés et ils n'ont pas tous la même religion. Depuis quelques années les cours de catéchisme ne sont plus obligatoires. La place de la religion est de moins en moins importante.
adjointe? : On essaye d'appliquer les valeurs évangéliques tous les jours dans notre école.
Voix off : entre les enseignants et les élèves, ce n'est pas toujours l'évangile, c'est la sécurité et la discipline.
--
41'25 Journaliste : Autorité : la jeune fille dit qu'elle est en prison et directement derrière nous explique que c'est bien, c'est ce qu'elle recherche ? c'est ce que recherche les jeunes ?
NP : oui des limites
EK il n'y a pas vraiment un problème dans le fonctionnement mais un problème institutionnel important : moins de 18 élèves 30% ds le privé, 10% ds le public.
Certains ont dans l'idée de conduire l'école comme une entreprise privée.
NP : oui tout à fait, revenons en là, il est là le débat.
EK au congrès des chefs d'établissement privés ED revendique pour les établissements publiques la mise sous contrat.
ED en fait permettre à toutes les familles de bénéficier de l'offre que nous faisons.
45'10Journaliste : Mérieu dit : nous sommes devant un choix décisif, "nationaliser l'enseignement privé ou privatiser l'enseignement publique". çà fait penser à une phrase d'Emmanuelle Mignon qu'elle serait favorable à une privatisation de l'EN. Ya quand même de l'idéologie derrière !?
PM toute l'erreur c'est de laisser croire que l'enfant roi çà va continuer longtemps... l'épanouissement indviduel, l'ouverture d'esprit ! Mais qu'on leur enseigne les fondamentaux !! Le drame des jeunes c'est qu'ils font des fautes d'orthographe à l'université.
NP : le problème de la privatisation se pose sur des tas de points concrets. La pédagogie de progrès que vous conspuez va totalement dans le sens d'une privatisation de l'enseignement car çà rejoint les ultra-libéraux qui ne jurent que par cette école...
PM : pourquoi ces grands mots alors que je demande juste de placer la barre un peu plus haut, l'exigence pour nos jeunes.
NP mais je parlais pas de vous ! je parlais de E. Mignon qui voudrait privatiser l'enseignement publique.
PM : alors pourquoi me contredire si vous me dites la même chose ?
NP : 12-13 ans sur les bancs de l'école publique et qui ne sont pas socialisés, qui sont de vrais barbares. L'enseignement à failli. Parce que justement on ne leur pas enseigner cette morale républicaine et ses savoirs humanistes qui allaient les socialiser et en faire des individus libres. Le danger ne vient pas de l'école privée qui voudrait gagner des parts de marché, mais face à ce là on a des officines privées qui viennent vendre des cours de rattrapage, çà oui !
On a des "pédagogistes" béats qui croient que l'épanouissement personnel passe avant la transmission du savoir, et des idéologues ultra-libéraux qui ne jurent que par le marché et l'entreprise, même appliqués à l'école.
EK : actuellement on accorde des privilèges au privé : 3 points :
financement des élèves hors commune du privé
on supprime moins de postes d'enseignant dans le privé
NP : le plus grave, c'est quand Sarkosy explique seule la religion donne sens à la vie, des valeurs; ce qui est profondément choquant pour un athée ou les nombreux agnostiques français -majoritaires dans ce pays- dont on sous-entend ainsi qu'ils n'ont pas de valeur ou ne savent donner un sens à leur vie ! çà c'est très grave. et deuxième chose, pour qui'l y ait laïcité il faut transmettre les savoirs qui permettent de la comprendre, d'être libre.
journaliste marocain (Youssef LAHLALI) école en crise aussi.
EK : la laïcité positive du chef de l'état est approuvée par ED
58'20Journaliste : on essayé d'aller au delà du débat idéologique, je sais pas si on a réussit...

(pendant que le journaliste tente de conclure, deux invités s'affrontent hors caméra)
PM : j'ai trouvé ce débat absolument désastreux
NP : Pourquoi ? parce que vous n'avez pas eu le dernier mot ?
PM : si j'ai eu le dernier mot, le dernier mot c'est que les parents.. oui, madame, et puis merci de me dire ".. regardez votre mois!" On peut insulter les gens mais je trouve que vous franchissez les limites. J'ai pas apprécié du tout, je vous le dis.
NP : j'en suis désolée...
PM : .. on a pas le droit parce que vous êtes une femme...

Voir le profil de l'utilisateur http://gond-education.forumactif.org

2 "grandes" écoles le Mar 23 Juin - 9:36

Admin

avatar
Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://gond-education.forumactif.org

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum