Collectif Angoulême Nord pour la Défense de l'Education en Danger

le CANDED... pas candide mais presque.

stat
Statistiques
Nous avons 69 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Philip

Nos membres ont posté un total de 313 messages dans 159 sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Sondage
Derniers sujets
» Participants
Lun 5 Sep - 22:27 par Admin

» SEPTEMBRE Organisation
Dim 4 Sep - 22:37 par Admin

» Système "Soundcloud"
Mar 2 Aoû - 23:07 par Admin

» Organisation AOÛT
Mer 27 Juil - 23:40 par Admin

» organisation Juillet
Jeu 7 Juil - 2:30 par Admin

» JUIN organisation
Jeu 23 Juin - 0:27 par Admin

» MAI organisation
Mer 11 Mai - 12:14 par Admin

» Sons des premières rencontres ... système "MegaUpload"...
Mer 9 Mar - 17:40 par Admin

» 2000 => 2010
Jeu 20 Jan - 22:19 par Admin

» 1980 => 2000
Jeu 20 Jan - 22:18 par Admin

» 1940 ==> 1970
Jeu 20 Jan - 22:16 par Admin

» 20/12/2010 (LeMonde-edito-) Le ministre de l'intérieur, la justice et la morale
Jeu 23 Déc - 18:05 par Admin

» 20/12/2010 (LeMonde-edito-) Le ministre de l'intérieur, la justice et la morale
Jeu 23 Déc - 18:04 par Admin

» Rapports de Sarko avec les médias (reportage suisse)
Mar 21 Déc - 3:09 par Admin

» La disparition de l'évaluation du système scolaire...
Mar 21 Sep - 9:46 par Admin

» 16/09/2009 [Rue89] Bugs de la rentrée : l'Education nationale fait la morte
Mer 16 Sep - 14:49 par Admin

» CHATEL nouveau ministre
Mar 1 Sep - 18:57 par Admin

» école privée
Mar 23 Juin - 9:36 par Admin

» 14 mai2009 [lesechos] Les dépenses des pouvoirs publics passées au crible
Dim 14 Juin - 22:10 par Admin

» LYCEES mobilisés
Dim 14 Juin - 0:52 par Admin

» 13/06/2009 [rue89] Darcos invente avec Villiers l'école « pour honnête homme »
Sam 13 Juin - 23:54 par Admin

» 11/05/2009 Monsieur le ministre de l'éducation a souhaité vous doter d'une clé USB : Mail reçu et réponse.
Mer 13 Mai - 16:52 par Admin

» VIOLENCE à l'école
Mer 13 Mai - 1:40 par Admin

» 12/05/2009 [nouvelobs ] «Education nationale»: Grand Corps Malade au tableau Par Sophie Delassein
Mer 13 Mai - 1:01 par Admin

» Religion et éducation nationale
Mar 12 Mai - 12:29 par Admin

» 07/05/09 [lesechos] Bercy vise près de 34.000 suppressions de postes de fonctionnaires en 2010
Lun 11 Mai - 19:54 par Admin

» SECURITE : le frère siamois de la violence. ou l'illusion de la maîtrise...
Dim 10 Mai - 23:33 par Admin

» MEDIAS... télévison, journaux, éditions? INTERNET....
Sam 9 Mai - 16:37 par Admin

» Socle commun par D. RAULIN / Décision et émotions - "Comment notre cerveau s'y prend pour décider" par A. BERTHOZ
Sam 9 Mai - 12:51 par Admin

» 02.05.09 [lemonde] Les collectifs parents-enseignants, nouveau cadre pour la protestation
Ven 8 Mai - 21:00 par Admin

Partenaires
Annuaire des forums
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

01/05/2009 [lexpansion] Tripatouiller les statistiques, la sale manie du gouvernement (& Les chiffres qui dérangent le ministère de l'Education nationale)

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
01/05/2009 [lexpansion] Tripatouiller les statistiques, la sale manie du gouvernement
http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/tripatouiller-les-statistiques-la-sale-manie-du-gouvernement_179980.html

27/04/2009 [lexpansion] Les chiffres qui dérangent le ministère de l'Education nationale
http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/les-chiffres-qui-derangent-le-ministere-de-l-education-nationale_180141.html

Rue de Grenelle, le verrouillage des études statistiques s'est généralisé. La publication d'une vingtaine de notes d'informations est en attente du visa du ministère de l'Education nationale, parfois depuis 2008. En voici, en exclusivité, la liste.

----

Bloquer les études qui dérangent, ne retenir que les données favorables, changer de thermomètre quand la fièvre monte : des professionnels des chiffres dénoncent les dérives, toujours plus graves, du pouvoir.

Ils sont arrivés au rendez-vous discrètement, d'épais dossiers sous le bras, l'air décidé de ceux qui n'ont plus rien à perdre. Dans un café anonyme de Montparnasse, une poignée de statisticiens de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère de l'Education nationale ont décidé de tout déballer : le stress, la pression du cabinet et surtout la censure dont ils estiment faire les frais. En tant que service ministériel de statistique, la Depp a pour mission de réaliser des études, normalement rendues publiques, sur des sujets aussi variés que la scolarisation des enfants handicapés ou l'absentéisme dans les classes. "Montre-lui la liste des études qui n'ont pas été publiées", lance l'un d'entre eux. Une bonne quinzaine au total. Vérification faite sur le site Internet du ministère : à la mi-avril, aucune note d'information n'avait été mise en ligne depuis décembre 2008. Le robinet avait déjà commencé à se fermer l'an passé avec la publication de 39 notes seulement sur douze mois, contre 51 en 2007. "Comment nourrir le débat public si plus rien ne sort ?" interroge amèrement une des statisticiennes, à la Depp depuis une dizaine d'années. "L'information chiffrée est verrouillée rue de Grenelle. Mais c'est le cas aussi à Bercy, aux ministères du Travail, de la Santé ou de la Justice", affirme un autre.

Paranoïa collective ou réelle censure ? Le phénomène paraît en tout cas suffisamment répandu pour qu'une centaine de professionnels du chiffre aient décidé de créer un collectif, Sauvons la statistique publique, pour dénoncer les pressions gouvernementales. Car ces mathématiciens ont leur bible, un code de déontologie établi au niveau européen par Eurostat, l'organisme qui centralise les statistiques sur le Vieux Continent. Article 1 de ce code de bonne conduite : "L'indépendance professionnelle des autorités statistiques, à l'égard aussi bien des services et organismes politiques, réglementaires et administratifs que des opérateurs du secteur privé, assure la crédibilité des statistiques européennes".
La délocalisation de l'Insee va déstabiliser les services statistiques

Exaspérées, une dizaine de têtes chercheuses regroupées derrière le pseudonyme de Lorraine Data s'apprêtent à publier, à la mi-mai, un brûlot, Le Grand Truquage, dont L'Expansion publie des extraits et qui détaille les techniques employées pour manipuler les chiffres. Laurent Mucchielli, chercheur au CNRS et spécialiste des questions d'insécurité, est l'un des auteurs de cet ouvrage. "Depuis 2002, on observe clairement une volonté de contrôler au plus près l'information économique et sociale, quitte à truquer, voire à casser les outils existants", assène-t-il.

La décision du président de la République, à l'automne dernier, de transférer l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) à Metz, pour compenser la fermeture d'une caserne, n'a fait qu'amplifier le malaise. "Cette délocalisation risque de déstabiliser tous les services de production de la statistique", affirme Julie, une des leaders de la contestation à l'Insee. Comble de l'affaire, dans une lettre adressée le 2 décembre 2008 au Premier ministre, Jean-Philippe Cotis, directeur général de l'Insee, et Jean-Pierre Duport, vice-président du Conseil national de l'information statistique, tous deux chargés de piloter ce transfert, se montrent très réservés quant à la pertinence d'une telle opération : "Elle comporte un risque très élevé de perte d'expérience professionnelle", écrivent-ils. Dommage, pour un institut statistique jugé parmi les cinq plus sérieux du monde.

Evidemment, la tentation des gouvernants d'utiliser les chiffres pour servir leur politique ou embellir la réalité ne date pas d'aujourd'hui. Mais, elle n'a jamais été si grande. Laurent Bisault, attaché de l'Insee détaché au ministère de l'Agriculture et responsable d'une publication, Agreste Primeur, témoigne. "Il y a quinze ans, lorsque je publiais une étude, je l'envoyais à l'imprimeur en même temps qu'au cabinet du ministre. Par la suite, je l'ai d'abord adressée au cabinet, pour information... puis pour validation." Il faut donc attendre des semaines, voire des mois, pour qu'une étude, comme celle sur les pollutions agricoles, obtienne, sous la pression des journalistes, le fameux sésame autorisant sa publication au grand public. Il suffit que le sujet soit un peu sensible pour qu'elle soit, au mieux, réécrite (par exemple, celle sur les agrocarburants), au pire, enterrée.

Voir le profil de l'utilisateur http://gond-education.forumactif.org

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum